Les FLUX Organicistes

J'ai collaboré avec l'artiste Laurent Chiffoleau au développement d'un angle innovant sur la question de la mondialisation et de l'anthropocène : comment matérialiser par l'œuvre et l'image, dans le temps et dans l'espace, une interprétation objective de l'influence des flux sur des territoires mondialisés ?

Tous deux originaires de villes portuaires (Dunkerque et Bordeaux), nous nous sommes naturellement intéressés aux rôles des ports et des flux commerciaux, ainsi qu'à l'histoire de ces flux humains qui font le métissage des cultures et des peuples, et ont dessiné le modèle économique contemporain depuis l'esclavagisme à l'industrialisation.

 

Inspirés par les racines argentines de Laurent Chiffoleau, notre projet s'est construit autour de trois résidences artistiques : en Argentine (2015), en Colombie (2017) et au Nicaragua (2018). Ce regard porté sur la transformation des territoires pluriels par l'interaction des flux sous toutes leurs formes, a donné naissance à une vision philosophique de ce qu'est l'organicisme, inspiré du mécanisme : une philosophie de la nature, selon laquelle l'Univers et tout phénomène qui s'y produit peuvent et doivent s'expliquer d'après les lois des mouvements matériels, ce qui nous a amené à penser la société comme un organisme, ou pour reprendre le géographe Michel Lussault, comme un métabolisme.