Tremblement de terre dans le monde de l'art : Maurizio Cattelan attaqué par son sculpteur

Dernière mise à jour : 9 mai

Qui fait l'œuvre ? C'est à cette question ô combien importante que la justice devra répondre, le 13 mai prochain.


La Nona Ora, œuvre majeure signée Maurizio Cattelan, réalisée par Daniel Druet


Replaçons les choses dans leur contexte : qui est Maurizio Cattelan, et pourquoi ce procès est-il si important ?


Maurizio Cattelan, le petit artiste qui voulait grandir dans la cour des grands


Si vous connaissez Jeff Koons, il y a des chances pour que vous connaissiez Maurizio Cattelan : né en 1960 en Italie, celui qui vit aujourd'hui à New York et expose ses œuvres dans le monde entier n'était pas prédestiné à devenir célèbre. L'artiste n'a pourtant jamais caché ce désir de reconnaissance, comme essence de son activité d'abord dans le mobilier, puis dans le monde de l'art : plus encore, ses outils ne sont ni un pinceau, ni un marteau, "mais un simple téléphone".

C'est avec ces mots que je qualifiais, en juillet 2013 face à un public déconcerté, l'activité manuelle de l'artiste. Guide pour l'exposition L'Art à l'Epreuve du Monde, je découvrais moi-même pour la première fois l'emblématique La Nona Ora. L'exposition majeure organisée dans le cadre de Dunkerque Capitale Régionale de la Culture, rassemblait de nombreuses créations appartenant à la Fondation Pinault, dont deux œuvres de l'artiste italien.


« Sa première présentation en Italie ne fit pas tant parler, ni d'elle, ni de l'artiste »

La Nona Ora, qui lança la carrière internationale de Cattelan, est conçue en 1999 et se compose d'une sculpture de cire du Pape Jean-Paul II, celui-ci figurant tombé au sol et frappé par un météore. Hautement symbolique, son titre "la neuvième heure" fait référence à l'heure de la mort du Christ, instant où ce dernier se serait écrié "Père ? Père, pourquoi m'as tu abandonné ?" - Evangile selon Matthieu.

Du parcours historique de l'œuvre, on retient généralement l'exposition de Londres qui précède le tour du monde incessant de la sculpture (on pourrait débattre de son empreinte carbone). Probablement car sa première présentation en Italie ne fit pas tant parler, ni d'elle, ni de l'artiste. L'effet escompté n'étant pas obtenu, le galeriste de Cattelan fit exposer la sculpture en Pologne, pays d'origine du Pape alors encore en vie : bad buzz et célébrité furent instantanés, au point où la directrice du musée dut démissionner (on pourrait débattre de la liberté d'expression...) La suite est tout autant rocambolesque, puisque Cattelan a négocié la vente de "son" œuvre 80.000 $, avant qu'elle ne soit revendue à François Pinault 3.000.000 $ sans profit pour l'Italien, bien qu'il s'agisse d'un record à l'époque.

Qui fait l'œuvre ?

De retour dans la salle d'exposition du Depoland, lieu éphémère occupé par la cinquantaine d'œuvres le temps de l'été 2013 à Dunkerque, mon regard confronte la sculpture. Je me familiarise avec ses plus intimes détails ; me documente et recherche volontairement la petite bête dans l'installation, celle qui saura ravir davantage mon auditoire. Je décèle alors un premier subterfuge de l'artiste, qui utilise une roche volcanique présentée comme un météore. Rien d'anormal, mais l'anecdote viendra satisfaire les plus curieux. Puis je m'intéresse au cartel qui renseigne quelques informations au public :


La Nona Ora

1999, Maurizio Cattelan


Ici, pas de doute, l'Italien est présenté comme l'unique créateur de l'œuvre. Saisissant, lorsque l'on sait la finesse et le réalisme de la sculpture du Pape : "on croirait voir une statue du Musée Grévin" me dis-je alors naïvement.


branches et pinceaux entrelacés : « Des outils dont il ne sait pas se servir » - Daniel Druet

Qu'en serait-il si le talent nécessaire à la conception d'une telle sculpture n'était pas celui de Cattelan, mais d'un autre ? C'est ce que j'ai découvert en allant plus loin dans la préparation de ma visite. Sans que cela ne soit un secret jalousement gardé, c'est bien Daniel Druet, sculpteur du Musée Grévin, qui avec Odile Hautemulle réalisèrent la sculpture de cire pour l'installation de La Nona Ora : "Dans un atelier de la Seine-Saint-Denis, à Saint-Ouen, une sculpture représente Maurizio Cattelan en coucou. La tête de l’artiste contemporain italien est affligée d’un long bec, et son corps est enfermé dans une coquille d’œuf, posée sur un nid de branches et de pinceaux entrelacés. « Des outils dont il ne sait pas se servir », grince Daniel Druet, maître des lieux et auteur de l’œuvre" peut-on lire dans un article de Pascale Nivelle, publié par le journal le Monde ce 1er mai.


Durant trois mois, au rythme d'une à trois visites par jour, j'ai posé cette question au public à chaque passage devant La Nona Ora : "Qui fait l'œuvre ?" Comme pour chercher une réponse à cette question aussi vieille que l'existence de l'art, je provoquais le débat, parfois entre des inconnus, arbitrant les échanges sous le regard sacré du Pape figé dans la cire. Le problème avec une question de cette envergure, c'est qu'elle ne trouve jamais réponse aussi satisfaisante que l'analyse de l'intérêt subjectif de celui qui la pose.

On ne peut nier que l'idée, magistrale et on l'a dit, hautement symbolique, appartient à Maurizio Cattelan. Néanmoins, l'artiste aurait toujours joué du lien ambiguë qui le lit au sculpteur, au point où Daniel Druet, créateur d'une dizaine d'œuvres pour Cattelan, ne se sente finalement lésé. Et sur cette même question, ne peut-on pas accorder le même crédit au galeriste et à la construction du Story Telling autour de La Nona Ora, qui fit par la suite la notoriété de l'œuvre, et fit donc l'œuvre par son action ?


Nul doute que ce procès fera date pour la suite des débats en la matière, notamment en ce qui concernent les droits d'auteur. En revanche, moi qui serai tenu en haleine par les discussion à venir, je souhaite aux protagonistes bien du courage s'ils souhaitent par leur jugement apporter une réponse inespérée à LA question. Si l'issue devait donner raison à Daniel Druet, il est probable que cela résonne comme la neuvième heure pour l'illustre Maurizio Cattelan, abandonné par son sculpteur de toujours.

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout