top of page

Nouvelles acquisitions : deux de mes photos intègrent le fonds de l'artothèque de Grenoble !

Dernière mise à jour : 9 oct. 2023

En septembre 2023, la Bibliothèque d'étude et du patrimoine de la Ville de Grenoble a fait l'acquisition de deux de mes œuvres Nature Morte et Barrage du Verney.



Nature Morte... & Vanités


C'est en 2010 que je date la genèse de Paysages Pluriels, avec mes premières explorations de friches industrielles et territoires industrialo-portuaires. Tandis que je m'adonnais à ces pérégrinations du bout de ma rue - à Dunkerque ou à l'échelle plus vaste de ma région natale, le Nord-Pas-de-Calais - naissait en moi cette conscience écologique, ou tout du moins une réflexion quant à ces déchets du productivisme, laissés là dans nos paysages tels de véritables stigmates.


Still Life (Nature Morte), une allusion à la vie et au mouvement qui se dégage des choses, mêmes inanimées.

Ces traces révèlent les logiques d'un système basé sur l'extractivisme - épuisement des ressources naturelles. Nature Morte (2016, Belgique) rappelle notamment la problématique de la pollution des sols à l'endroit de ces usines abandonnées. L'image du moteur a son importance : l'idée d'une mécanique dans un premier temps, celle de ce système que je dénonce.


Le titre de l'œuvre est une citation de l'Histoire de l'Art, par le biais de cette iconographie propre aux Natures Mortes. Le terme est fort, mais dans le cas présent sa traduction anglaise semble plus pertinente, plus profonde : Still Life, une allusion à la vie et au mouvement qui se dégage des choses, mêmes inanimées.


Elle illustre notre vision anthropocentrée du paysage, devenu lui-même un bien de consommation dans un système économique global.

Par la photographie je matérialise dans l'image cette notion de pluralité des paysages.

Le paysage naturel est présent en arrière plan, comme un décors dans le monde de l'Homme. Cette question d'un monde dans un monde - ou comme le commentait Spinoza, d'un "empire dans un empire" - est centrale dans mon travail. Elle illustre notre vision anthropocentrée du paysage, devenu lui-même un bien de consommation dans un système économique global.


Avec ce regard porté sur nos paysages, je prends part au débat quant à notre présence et notre impact sur l'environnement : à ma manière et par un assemblage d'œuvres qui dialoguent et se complètent, je viens révéler les mécaniques de l'anthropocène.




Terraformation


L'œuvre Barrage du Verney a été réalisée en janvier 2021, pour l'exposition Paysages Pluriels. Il s'agissait pour moi de représenter notre pouvoir de transformation des paysages, créant des espaces artificiels.


Terraformation, nom féminin : Hypothèse scientifique d’aménagement d’un milieu extraterrestre (planète) pour le rendre propice à la vie et habitable par l’homme.

Ayant l'objectif d'apporter le contenu scientifique nécessaire à un travail plastique comme celui-ci, j'ai sollicité l'hydrologue et enseignante à l'école des Mines, Emma Haziza, afin qu'elle commente ce regard sur les barrages :


" La question des barrages est essentielle. Ils contribuent au déclin des fleuves aux quatre coins du monde en retenant le transport sédimentaire ; ils réduisent les zones de delta, les populations de poissons, puis les populations locales obligées de s'exiler, faute de pouvoir se nourrir... Ils déstructurent tous les équilibres et nos fleuves se meurent en silence, tandis que la production énergétique s'effondre en raison des sécheresses cumulées. " - Échange de correspondance, septembre 2022.


L'Homme est devenu un corps inadapté à l'environnement terrestre, ce dernier étant modelé afin de le rendre habitable par l'être humain contemporain...

Paysages Pluriels, c'est un regard singulier sur le cycle de l'eau. Là où l'Homme puise ses ressources, transforme des territoires et épuise les écosystèmes, il est question de sa raréfaction. Si Emma Haziza, hydrologue de renom, confirme l'enjeu d'une réflexion quant à la place de ces barrages dans les paysages, c'est aussi car le dérèglement climatique est en grande partie lié au dérèglement du cycle de l'eau.


Par le biais de ce travail photographique, j'explore l'idée que l'Homme est devenu un corps inadapté à l'environnement terrestre, ce dernier étant modelé afin de le rendre habitable par l'être humain contemporain, en répondant à ses nouveaux besoins.



L'artothèque de Grenoble


L'artothèque municipale de Grenoble, située dans le hall de la bibliothèque d'étude et du patrimoine, vous invite à découvrir l'art contemporain à travers une collection de plus de 820 photographies et d’au moins 1 200 estampes. Enrichie tous les ans, cette collection permet aux particuliers et aux collectivités d’emprunter des œuvres originales représentatives des principaux courants artistiques de la fin des années 1950 à nos jours.

Cinq fois par an, l'artothèque organise des expositions de photographes ou d'artistes contemporains.


" Les tirages sont magnifiques, ils répondent vraiment à mes attentes et les collègues qui ont pu déjà les voir sont unanimes. " - Anne Langlais-Devanne, Responsable de l'Artothèque à la Ville de Grenoble


Les personnes majeures, inscrite à la Bibliothèque municipale de Grenoble, peuvent emprunter jusqu'à trois œuvres pour une durée de trois mois. Chaque tirage a été soigneusement préparé et encadré, pour être disponible au prêt. Renseignez-vous quant aux modalités via leur site !

 

/ Pour aller plus loin

dans la découverte de mes travaux, téléchargez le Portfolio de Paysages Pluriels !


Paysages Pluriels - Portfolio 2023_PRINT (1)
.pdf
Télécharger PDF • 81.06MB

/ Vous êtes intéressé

par mes œuvres et souhaitez vous renseigner pour une acquisition ?




/ Vous souhaitez

simplement réagir, n'hésitez pas à laisser un commentaire

en bas de cette page.

175 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page